top of page

Clotilde Darmon

Hypersensibilité et fatigue



Sommaire



Productivité et rentabilité, deux mots qui font majoritairement le quotidien de beaucoup d’entre nous et qui ont tendance à nier et mettre de côté l’essence même de l’homme : sa sensibilité.


De sorte qu’être hypersensible est aujourd’hui un problème, une tare, une anormalité. Peut-être même que cette société que nous avons créée pourrait être responsable d’une sensibilité qui ne répond plus et qui n’en fait qu’à sa tête. Consulter un psychologue pour son hypersensibilité est devenu courant ; plus alertant encore : la souffrance de plus en plus d’enfants, se laissant submerger par leurs sentiments et perdant le contrôle. Émotion débordante, ruminations, empathie destructrice…


On ne compte plus les vidéos YouTube, livre et articles vulgarisant le sujet. À se demander si l’hypersensibilité ne s’est pas transformée en un phénomène de mode. Les “zèbres”, les ultra-sensibles, les super-sensibles en conviendront. Un sujet bien trop sérieux et important pour laisser libre cours à l’imagination de tout un chacun.


D’où l’importance aujourd’hui de discerner le vrai du faux. Commençons par bannir les « Il est scientifiquement prouvé que… » sans qu’aucune source ne vous permette de vérifier quoi que ce soit. Prenons donc les choses dans l’ordre.


1. Qu’est-ce qu’une personne hypersensible ?


L’hypersensibilité toucherait 20 % de la population (Aron et coll, 2014).

Une personne hypersensible ressent les mêmes émotions que tout le monde, mais plus fort, souvent beaucoup plus intensément, et ce, tout le temps. Mais dans certains cas, c’est aussi des sens plus sensibles, voire plus développés que la moyenne (ouïe, odorat, toucher).


Je me rappelle Nadia, qui pouvait fondre en larmes pour un léger compliment ou lorsqu’on lui offrait un cadeau ;


De Jonathan, qui ne parvenait pas à vivre sa vie normalement à la vue du SDF installé en bas de chez lui ;


De Sophie, qui analysait frénétiquement les comportements de son entourage, à la maison, au travail, se demandant durant des heures ce qu’elle avait bien pu faire pour ressentir autant d’hostilité ;


De Julie, capable d’écouter une amie lui raconter ses malheurs et ne plus parvenir à trouver le sommeil, tant la situation l’inquiétait… et tellement d’autres encore.

Dit comme ça, cela pourrait sembler presque normal, et d’une certaine manière, si chaque personne pouvait être hypersensible, peut-être que le monde serait plus beau. Seulement voilà, ce n’est pas si simple et être hypersensible est bien souvent une souffrance à plus d’un titre.


Le lien entre l’hypersensibilité et fatigue est un élément dont il faut être conscient. Alors, comment gérer ces sentiments d’épuisement et pourquoi cela se produit-il ?



2. Hypersensibilité et fatigue


Si vous êtes très sensible, il est probable que vous connaissiez des périodes d’épuisement. Il s’agit d’une conséquence inhérente à l’hypersensibilité. Être hypersensible, c’est faire l’expérience du monde d’une façon différente des autres, plus profonde, plus personnelle.


Une des grandes difficultés que pose l’hypersensibilité est la fatigue, et parfois même, la fatigue chronique. C’est ce que nous allons développer dans cet article.

L’hypersensibilité implique souvent de ressentir des émotions intenses et de se sentir très rapidement dépassé par elles, ou à éprouver intensément de la colère, de la tristesse ou de l’anxiété, voire de la peur.

L’hypersensibilité peut également entraîner des difficultés de communication. Les personnes hypersensibles peuvent avoir du mal à exprimer leurs sentiments. Elles peuvent également avoir du mal à interpréter les émotions des autres, ce qui rend parfois difficile l’établissement de relations sociales.



3. Est-il possible de voir si ma fatigue est liée à mon hypersensibilité ?


Certains indices peuvent effectivement laisser penser que votre fatigue mentale est liée à votre hypersensibilité :


Quels symptômes faut-il observer ? L’hypersensibilité est un état dans lequel le corps et l’esprit réagissent trop fortement à certains stimuli. Les personnes hypersensibles peuvent présenter divers symptômes physiques. Il est important de noter que l’hypersensibilité n’est pas une maladie, mais plutôt une conscience accrue de son environnement.


L’un des symptômes les plus courants de l’hypersensibilité est la fatigue. Les personnes hypersensibles peuvent se fatiguer facilement et avoir besoin de plus de repos ou de sommeil qu’une personne dite « normale ». Elles peuvent souffrir de maux de tête, de problèmes digestifs, de tensions musculaires, de stress chronique, etc. Les émotions, et de surcroît, les émotions fortes, sont extrêmement fatigantes pour l’esprit. Donc, si vous vous sentez émotionnellement las(se), épuisé(e) psychologiquement et qu’au cours de vos journées, vos sentiments font les montagnes russes, peut-être est-il question de fatigue due à l’hypersensibilité.



4. Problèmes de santé mentale


L’hypersensibilité est un état dans lequel une personne est excessivement sensible à ce qui l’entoure. Elle peut se manifester sur le plan physique et psychologique. L’hypersensibilité peut souvent entraîner une fatigue extrême, due à l’énergie dépensée pour traiter émotionnellement différentes situations. Cela peut aussi entraîner des problèmes de santé mentale, tels que la dépression, l’anxiété et le stress chronique.


Il peut être compliqué pour une personne hypersensible de se sentir à l’aise avec les autres. Cela peut entraîner un sentiment d’isolement et l’impression que personne ne la comprend.


Certaines choses, telles que le bruit, plusieurs personnes parlant en même temps ou les cris, peuvent être déstabilisantes.

Cela peut conduire au développement de phobies sociales et à la dépression et l’impression de ne pas se sentir capable de faire face émotionnellement est un bon indicateur.



5. Hypersensibilité, comment mieux gérer ses émotions


Être hypersensible, c’est ressentir toute émotion : le négatif et le positif, la joie et la tristesse, et tout ce qui se trouve entre les deux, plus intensément que la plupart des gens.

Cela peut être un lourd fardeau à porter, ce qui peut, par moments, rendre la vie imprévisible et difficile à gérer. Cependant, l’hypersensibilité ne signifie pas nécessairement que l’on se sente toujours émotif.


Une personne hypersensible peut aussi sembler indifférente face à des choses auxquelles elle devrait être sensible. C’est une conséquence courante de l’hypersensibilité : étouffer ses émotions afin de se protéger contre l’accès de sur-stimulation.


La clé pour gérer l’hypersensibilité est de trouver un équilibre entre le fait d’être en contact avec ses émotions et les mécanismes instinctifs mis en place pour se protéger. Pour ce faire, apprendre à reconnaître ses sentiments et la façon dont on fonctionne est un bon point de départ.


Un travail sur l’émotion peut permettre de trouver une stratégie d’adaptation qui, à terme, vous permettra de vivre un quotidien plus sain et plus apaisant.

Analyser votre journée et revenir sur les émotions fortes que vous avez ressenties peut être utile pour comprendre votre fatigue.

Quelques questions à se poser :

  • Demandez-vous si vous faites des problèmes des autres un problème personnel ?

  • Avez-vous l’impression d’avoir sur-réagi à une situation en particulier ?

  • Y a-t-il des situations en particulier qui se répètent et que vous avez du mal à gérer ?

· Quelles sont ces situations ?



6. Comment évaluer mon hypersensibilité ?


Il ne s’agit pas de s’étiqueter « hypersensible ». Il ne s’agit pas de non plus de savoir si on est normal ou pas. Il s’agit d’évaluer l’importance de vos difficultés, de quantifier l’impact que vos émotions peuvent avoir sur votre quotidien.


Pour ce faire, consulter un psychologue ou un coach (traitant d’hypersensibilité) peut être un bon point de départ.

Il est important d’identifier les difficultés que vous rencontrez et de leur apporter un soutien.

Il peut s’agir de créer un environnement sûr et favorable, dans lequel vous pourriez vous sentir plus libre, moins jugé et plus en capacité de vous exprimer.

Il peut également s’agir de trouver des ressources, telles que la thérapie par la parole, les techniques de relaxation et la méditation, pour vous aider à trouver vos moyens de faire face à votre hypersensibilité.

En comprenant et en soutenant vos besoins, il est possible d’améliorer sa santé mentale et de réduire ses gênes quotidiennes.



7. Hypersensibilité et fatigue, réaction à certains événements de la vie


Fondamentalement, lorsque nous sommes constamment fatigués, nous sommes plus susceptibles d’avoir une attitude pessimiste et d’être plus sévères envers nous-mêmes en ce qui concerne nos décisions ou notre comportement.


Nous sommes tous des êtres sensibles et l’intensité de nos ressentis est étroitement liée à ce que nous vivons et de l’importance que certaines situations peuvent avoir à nos yeux. Aussi, des situations extrêmes telles que faire face à un décès, à une perte d’emploi et/ou à un surmenage excessif peut nous rendre hypersensible ponctuellement. Ce qui cessera une fois la période douloureuse dépassée ou gérée.



8. Conclusion


"Si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide."

Albert Einstein


Être hypersensible, c’est ressentir les mêmes sentiments que tout le monde, mais très intensément. C’est aussi parfois avoir des sens plus développés ou sensibles que la plupart des gens, un peu comme si on avait tourné le bouton du volume à fond. Cela peut être un handicap au quotidien sur différents aspects de la vie. Les conséquences de l’hyperactivité sont nombreuses, mais rappelons qu’il y a autant d’hypersensibilités que de personnes hypersensibles.


Ce qu’il peut y avoir de commun est le plus souvent la fatigue, car rien n’est plus fatigant que de vivre des émotions fortes.

Il peut arriver que le poids d’une vie hypersensible entraîne des troubles, tels que :


  • Difficulté à tisser des liens (difficulté sociale) ;

  • Fatigue chronique ;

  • Douleurs en tous genres ;

  • Repli sur soi ;

  • Difficultés à exprimer ses sentiments ou à s’exprimer tout court ;

  • Sentiment d’être différent des autres, moins bien, pas à la hauteur...

La liste est longue.


Cependant, bon nombre d’hypersensibles ont appris à gérer leur hypersensibilité. Ce n’est pas une tare, mais une manière différente d’appréhender le monde, une autre façon de ressentir son environnement et, bien que notre société ne facilite pas les choses, il est parfaitement possible de vivre mieux avec son hypersensibilité.


Cela commence par le fait de l’accepter. Accepter sa différence, non pas comme une faiblesse, mais comme une force, pour enfin mettre son environnement à sa portée, quitte à le façonner.


"C’est du travail, ; c’est vrai, mais c’est possible !"


Si vous vous demandez si vous êtes hypersensible et que certaines situations vous déstabilisent, demandez-vous si vous réagissez de manière excessive. Recherchez l’élément déclencheur qui a provoqué une réponse émotionnelle intense. Essayez de comprendre ce qui vous a poussé à réagir de manière si intense.

Si vous parvenez à localiser la source de votre frustration, vous serez peut-être en mesure d’y parvenir de manière efficace. Soyez conscient de votre sensibilité. Soyez attentif à vos réactions, observez-les, prenez des notes et essayez d’être objectif(ve). Certaines choses telles que le bruit ambiant, les lieux très fréquentés, certaines relations peuvent faire l’objet d’une réflexion quant à la façon dont vous vous y exposez.


 

Clotilde Darmon (Coach hypersensibilité)

Si vous souhaitez commencer un travail sur la gestion de votre hyper-activité, je vous propose de prendre rendez-vous pour une prise de contact offerte au cours de laquelle nous pourrons en discuter ensemble.



 

Comentários


bottom of page